Avant-première débat au cinéma « Le Champo » en partenariat avec les Éditions Hermann

28 janvier 2011 at 13:56 (Jean-Luc Moreau-La Sœur de l'Ange n°8, La soeur de l'ange) (, , , , , , , , , , , , )

 

Le mardi 8 février à 20h, les Éditions Hermann organisent une soirée au cinéma Le Champo ( 51, rue des Écoles – Vème ) autour du 8ème numéro de la revue La Sœur de l’Ange qu’elle publie. Au programme, la projection en avant-première d’un documentaire intitulé Nous, Princesses de Clèves (réalisateur : Régis Sauder – sortie nationale : le 30 mars 2011 – distribution : Shellac www.nousprincessesdecleves-lefilm.com) suivie d’un débat animé par Éric Naulleau auquel participeront Pierre Jourde, Hélène Merlin-Kajman et Jean-Luc Moreau, tous trois contributeurs du numéro de la revue.

 

 

Synopsis du film :

« L’action de La Princesse de Clèves se déroule en 1558, à la cour du roi Henri II. Mademoiselle de Chartres, jeune fille de seize ans élevée par sa mère paraît pour la première fois à la cour. Le prince de Clèves, ébloui par sa beauté et ses manières, la demande en mariage. Peu de temps après, celle qui est devenue la princesse de Clèves rencontre le duc de Nemours, trop tard. Naît entre eux un amour immédiat et partagé, auquel sa mère la conjure de renoncer.

En 2009 à Marseille, des lycéens s’emparent de La Princesse de Clèves – premier roman de la littérature française – pour parler d’eux, du sentiment amoureux, de la société. Ils utilisent tantôt leurs mots, tantôt ceux du texte, tantôt le langage qu’ils seront amenés à utiliser pour l’examen qui les attend à la fin de l’année. S’opère peu à peu un glissement entre la littérature et la vie, des moments magiques où les deux se mélangent… Le roman insuffle une nouvelle façon de percevoir sa propre existence, ses dilemmes, ses renoncements.

Si vous êtes intéressés par cette soirée, vous pouvez réserver en envoyant un mail à cinepromotion@free.fr.


Publicités

Permalien Laisser un commentaire

La collection « Fictions pensantes » à l’honneur ce mois-ci dans « Le Magazine littéraire »

28 janvier 2011 at 08:52 (Arnaud Buchs-Écrire le regard, Fictions pensantes, Franck Salaün-Le Genou de Jacques, Gisèle Berkman-L'effet Bartleby, Jean Sgard-Labyrinthes de la mémoire, Jean-Louis Cornille-Fin de Baudelaire, Jonathan Pollock-Déclinaisons) (, , , , , , , , )

Le numéro de février du Magazine littéraire consacre, sous la plume de Maxime Rovere, une pleine page à la jeune collection Fictions pensantes créée en 2010 aux Éditions Hermann. Elle compte actuellement six titres et est dirigée par Franck Salaün, également auteur de deux de ses livres, parmi lesquels Le Genou de Jacques. Singularité et théorie du moi dans l’œuvre de Diderot et Besoin de fiction.

Maxime Rovere décrit la collection en ces termes :

« Est-ce que la littérature pense ? Oui, non, évidemment, certainement pas. Cela dépend de la portée qu’on donne à ces deux mots – littérature, pensée. La collection « Fictions pensantes » a précisément pour objectif de mesurer cette double extension et d’examiner dans quelles conditions ces deux ensembles peuvent se rejoindre. Signe que non seulement la littérature est toujours objet de théories, mais surtout qu’elle suffit, par elle-même, à porter une vision du monde faite d’autre chose que de sensations ou d’affects

Le compte rendu qu’il fait de Besoin de fiction est extrêmement clair et permet de comprendre tous les enjeux de cette collection.

« Pour commencer, il faut admettre que les moyens littéraires n’organisent pas seulement des narrations : à l’égal du concept mais sans lui, ils permettent de fabriquer des idées. Comment ? Naturellement pas comme l’exposé d’une doctrine, mais sur le mode d’une énigme dont le lecteur glane lui-même les indices. On comprend donc que la pensée d’une œuvre ne se construise pas seule, car elle n’est pas uniquement celle de l’auteur . »

Je ne saurai que trop vous conseiller la lecture des ouvrages déjà parus et vous annonce la publication à venir de L’effet Bartleby. Philosophes lecteurs (courant avril).

NB. À noter la très belle  lecture du livre de Michel Deguy, La fin dans le monde (collection Le Bel Aujourd’hui, Éditions Hermann, 2010), publiée par Gisèle Berkman dans la revue Sens public Pour la lire, cliquez ici.


 

Permalien Laisser un commentaire