Les « Cahiers de philosophie » de Courbet en librairie le 15 septembre et cette semaine dans « Livres Hebdo »

5 septembre 2011 at 16:45 (Art, Bientôt en librairie, Courbet-Cahiers de philosophie, Philosophie, Savoir Arts) (, , , , , , , , , , )

Peu avant la trêve d’été, j’avais annoncé la sortie, dans notre collection Savoir Arts, du document exceptionnel que sont  Les Cahiers de philosophie de Courbet dans une édition inédite réalisée par Roger Bruyeron.

Ces Cahiers,  jusqu’alors conservés au Musée national de l’Éducation de Mont Saint-Aignan et fruits des notes de cours du peintre au Collège royale de Besançon, durant l’année scolaire 1837-1838, seront donc donnés à lire  pour la première fois au grand public à partir du 15 septembre.


Mais, pour, d’ores et déjà, en savoir un peu plus sur cet événement éditorial, je vous propose de vous reporter à l’article que vient de lui consacrer le journaliste Laurent Lemire dans le Livres Hebdo de cette semaine et qui se conclut en ces termes :

« Voilà qui rompt à tout jamais avec un Courbet  frustre et ignare incapable de saisir quoi que ce soit  dans un débat d’idées. Il s’y dessine au contraire la formation d’un robuste anticonformisme. »

Laurent Lemire, Livres Hebdo n°875

 

Permalien Laisser un commentaire

Un autre regard sur le conflit israélo-palestinien : parution le 26 mai de « Réfugiés palestiniens. Otages de la diplomatie »

20 mai 2011 at 12:23 (Bientôt en librairie, Dans l'actu !) (, , , , , , , , , , , )

Suite aux déclarations d’hier du président Obama qui s’est prononcé pour un État palestinien sur les bases des frontières de 1967 et au retour indéniable du conflit israélo-palestinien au premier plan des préoccupations de la communauté internationale, j’aimerais attirer votre attention sur la sortie toute prochaine, aux éditions Hermann, d’un ouvrage qui propose un regard inédit sur le conflit et révolutionne la pensée que nous en avons.

Charles Meyer, avocat, et Philippe Juza, historien, rejoints par Boutros Boutros-Ghali, ancien Secrétaire général de l’ONU, qui a accepté de préfacer le volume, publieront, en effet, dans quelques jours, un ouvrage intitulé  Réfugiés palestiniens. Otages de la diplomatie.

Le livre, en revenant sur l’histoire du conflit et en rappelant les différentes tentatives internationales pour le résoudre, montre qu’il y a, tout au long de son histoire, une question qui semble résolument omise : celle des réfugiés palestiniens.

Proposant, pays par pays (Irak, Liban, Syrie, Jordanie), ce qu’ils appellent « une radiographie de la situation des réfugiés palestiniens », les auteurs dénoncent  leurs conditions de vie intolérables depuis 62 ans et s’insurgent contre la politique menée par l’ONU qui, en créant une agence spécifique pour leur venir en aide, l’UNRWA (agence des Nations Unies pour l’assistance et le travail des réfugiés palestiniens au Proche Orient), les maintient paradoxalement dans une situation inacceptable de misère morale et matérielle au lieu de favoriser leur intégration et d’améliorer leurs conditions de vie dans leur pays d’accueil respectif. Pour eux, le statut juridique spécifique des réfugiés palestiniens, qui, rappelons-le, est dérogatoire par rapport au statut universel des réfugiés, en institutionnalisant, d’une certaine façon, leur précarité, ne fait que renforcer la violence du conflit (preuves en sont, d’ailleurs, les événements de dimanche dernier).

Il est grand temps, à leur avis, d’aider ces générations de Palestiniens, devenus, au fur et à mesure des années, des sortes de réfugiés à perpétuité,  à échapper à ce statut, et d’adopter, au niveau international, une nouvelle façon de penser la question.

Pour Boutros Boutros-Ghali, dans sa préface, à l’instar des auteurs, il ne fait pas de doute que « le problème des réfugiés palestiniens est une situation oubliée qui laisse la plupart des habitants de notre planète relativement indifférents ». Il fait remarquer que « la misère des Palestiniens, leurs conditions de vie difficiles sont très peu médiatisées » et que, de facto, « l’amélioration de leur sort n’entre pas dans la liste des priorités de la communauté internationale » qui ignore délibérément, selon lui, la question et préfère suspendre sa résolution à celle du conflit. Il est évident, à son avis, qu’ « il n’y a pas de volonté politique  pour trouver une solution au problème », et que, dans ces conditions, l’UNRWA ne peut être rien d’autre qu’ « une coquille vide ». Quant au statut des réfugiés palestiniens, il est, pour lui, « tout bonnement discriminatoire » ! *

* Toutes les citations de ce paragraphe sont extraites de la préface de M. Boutros Boutros-Ghali.


Permalien Laisser un commentaire

Création de la première collection intégralement consacrée à l’approche narrative : Hermann / L’entrepôt

21 juin 2010 at 16:18 (Alice Morgan-Qu'est-ce que l'approche narrative ?, Bientôt en librairie, Dans l'actu !, Nouvelle collection, Presse écrite) (, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , )

Le 9 juillet prochain paraîtra le premier titre d’une nouvelle collection intégralement dédiée à l’approche narrative (également appelée pratiques narratives ou encore thérapie narrative), Hermann / L’Entrepôt.

L’approche narrative est une technique venue d’Australie qui révolutionne la pratique de l’accompagnement (psychothérapie, coaching…). Fondée par  Michael White et David Epston, elle considère que notre histoire n’est pas un compte rendu de notre vie, mais, à l’inverse, que ce sont nos récits sur notre expérience qui donnent forme à notre vie et à notre identité. Issues de notre environnement familial, de notre éducation, de nos lectures, de la culture dominante, des médias, etc., ces récits nous accompagnent et nous influencent depuis le début de notre existence. Certains nous ont aidé à grandir et à nous développer dans le sens de nos valeurs, d’autres nous enferment dans l’échec et la souffrance. Les praticiens narratifs s’emploient à détacher l’emprise des histoires qui nous enferment et nous briment  en les externalisant, de façon à favoriser le développement d’autres récits alternatifs, porteurs de nouvelles possibilités.

La collection, qui vise à mettre à la disposition du public français la littérature narrative de référence jusqu’alors seulement disponible en anglais, est dirigée par Pierre Blanc-Sahnoun, coach en entreprises et thérapeute depuis plus de 20 ans.

Formé à l’approche narrative en Australie auprès de Michael White, et précurseur en France de l’utilisation de la méthode en entreprises, Pierre Blanc-Sahnoun a fondé en 2008 un cabinet de ressources humaines appelé Coopérative Atlantique des Ressources Humaines (COOPRH) qui se propose précisément d’appliquer la technique narrative aux domaines des ressources humaines. Il a également créé, dans le même temps, un centre de formation à la pratique narrative appelé Fabrique narrative.

Pour Pierre Blanc-Sahnoun, il s’agit avec cette collection de poursuivre l’entreprise commencée avec la Fabrique narrative, à savoir œuvrer pour la diffusion des idées narratives en France.

Et, pour ce faire, il a choisi d’inaugurer la collection avec un ouvrage d’introduction à l’approche narrative intitulé Qu’est-ce que l’approche narrative ?. Écrit par Alice Morgan, une des proches collaboratrices de Michael White, il est, selon lui, la meilleure porte d’entrée possible vers les pratiques narratives.

Pour en savoir en plus sur l’ouvrage et sur la collection, je vous propose de consulter son communiqué de presse en cliquant ici.

Mise à jour du 11 juillet 2010 :

Vous trouverez un exemple d’une des multiples utilisations de l’approche narrative dans le numéro d’été de Technikart. Nicolas Santolaria, le spécialiste média du magazine, y interroge Pierre Blanc-Sahnoun, sur le concept de la sitcom d’entreprise développé par l’hebdomadaire féminin Be : la rédaction du magazine est, en effet, filmé au travail depuis mars dernier ; le résultat un docu-soap de 6 minutes diffusé chaque vendredi soir à 20h40 sur June TV et appelé Bienvenue dans la ruche.

Permalien 3 commentaires

Bientôt en librairie : un ouvrage sur la place du dessin dans la psychanalyse de l’enfant

17 mai 2010 at 19:11 (Bientôt en librairie, Céline Masson-Tracer / Désirer, Psychanalyse) (, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , )

Le 21 mai prochain, paraîtra un nouveau titre dans la collection Psychanalyse que co-dirige Laurence Joseph aux Éditions Hermann. Il s’agit d’un ouvrage collectif consacré à la place du dessin dans la cure psychanalytique de l’enfant.

Intitulé Tracer / Désirer. Le dessin d’enfant dans la cure psychanalytique, il réunit, sous la houlette de la clinicienne et psychanalyste Céline Masson, les contributions d’Annie Anzieu, Angélique Christaki, Anne Ciani-Holtz, Véronique Dufour, Laurence Joseph, Maryse Klein-Mélonio, Johanna Lasry, Cristina Lindemeyer, Céline Masson et Claude Schauder.

Pour en savoir plus, je vous propose de vous reporter au communiqué de presse de l’ouvrage.

Permalien Laisser un commentaire

Un nouvelle collection d’essais littéraires : «Fictions pensantes»

12 mai 2010 at 16:57 (Bientôt en librairie, Fictions pensantes, Franck Salaün-Le Genou de Jacques, Jean-Louis Cornille-Fin de Baudelaire, Littérature, Nouvelle collection) (, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , )

Je suis très heureuse de vous annoncer la création d’une nouvelle collection d’essais littéraires aux éditions Hermann.

Intitulée Fictions pensantes et dirigée par Franck Salaün, elle se veut  une invitation  à considérer la littérature comme un espace de pensée, et les œuvres comme des systèmes signifiants dont le fin mot n’appartiendrait ni à l’auteur ni au lecteur.

Derrière la variété des objets et des méthodes, des monographies aux études thématiques en passant par les recherches théoriques, les essais publiés dans la collection Fictions pensantes auront donc  en commun d’interroger la façon dont les textes littéraires pensent.

Elle est inaugurée par trois titres :

Le Genou de Jacques de Franck Salaün, un essai à la manière « fiction pensante » sur Jacques le fataliste de Diderot ;

Fin de Baudelaire de Jean-Louis Cornille, une analyse « fictio-pensante » des Petits poèmes en prose de Baudelaire.

Déclinaisons. Le naturalisme  poétique de Lucrèce à Lacan de Jonathan Pollock, une réflexion « fictionnelle » sur le naturalisme poétique et sur l’influence du poème didactique de Lucrèce, De natura rerum, sur la littérature occidentale moderne : de Montaigne à Lacan, en passant par Shakespeare et Mallarmé.

Et, sera, le 27 août prochain, « continuée » par un essai du directeur de la collection en forme de réflexion sur la notion même de Fictions pensantes :

Besoin de fiction. Sur l’expérience littéraire de la pensée et le concept de «fiction pensante» de Franck Salaün.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Permalien 3 commentaires

Comment « surmonter cette pente mélancolique » en nous ?

11 mai 2010 at 16:50 (Bientôt en librairie, Claude Rabant-Métamorphoses de la mélancolie, Psychanalyse) (, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , )

Claude Rabant, philosophe et psychanalyste, publiera, le 21 mai prochain, dans la collection Psychanalyse des Éditions Hermann que codirige Élisabeth Naneix, un passionnant essai, préfacé avec enthousiasme par Jean Oury, sur la mélancolie intitulé Métamorphoses de la mélancolie.

Pour présenter celui-ci, Claude Rabant nous a offert un très beau texte que j’ai très intégré au communiqué de presse et que je ne résiste pas au plaisir de reproduire ici :

« Dans un monde où trop de crises, de catastrophes et de discours alarmistes nous font désespérer de l’homme, quelle peut être la boussole de la psychanalyseComment peut-elle nous aider à surmonter cette pente mélancolique qui règne en nous ? Une éthique de la pulsion — à distinguer d’une simple morale — telle est cette boussole, mettant le sujet en relation avec les forces vitales de son inconscient. Un abri, une « relation bien tempérée » entre les sexes, selon l’expression de Lacan, une « relation plus honnête au désir » : l’inconscient est notre ami. Avec lui, il devient possible de lutter contre la pulsion de mort et les contraintes du SurmoiComme Spinoza, comme Nietzsche, Freud parie sur un élargissement de l’être du sujet, sur une métamorphose du sexuel dans la sublimation. À l’opposé de la mélancolie, le principe civilisateur suppose à la fois une acceptation de la perte et une volonté de reconstruire. Il y a un « carpe diem«  freudien, un « jouir serein du présent », qui se déduit du principe de métamorphoses. »

par Claude Rabant, le 10 mai 2010

Permalien Un commentaire

Bientôt en librairie : un ouvrage qui examine la manière dont la philosophie est devenue essentiellement une pratique historique

21 avril 2010 at 10:09 (Bientôt en librairie, Gabriel Rockhill-Logique de l'histoire, Philosophie) (, , , , , , , , , , , , , )

Le 21 mai prochain, sortira en librairie un livre du philosophe franco-américain Gabriel Rockhill qui me semble  un ouvrage important en tant qu’il  examine la manière dont la philosophie est devenue une pratique essentiellement historique et herméneutique à l’âge moderne.

Intitulé Logique de l’histoire et sous-titré Pour une analytique des pratiques historiques, il est organisé autour d’une question centrale : pourquoi philosopher, de nos jours, c’est faire de l’histoire de la philosophie ?

Dans cette perspective et en dialogue avec les sciences sociales, il propose de revenir sur trois moments privilégiés de l’histoire de la philosophie, telle qu’elle est entendue par la philosophie contemporaine : le moment supposé inaugural des Grecs, le prétendu tournant moderne à partir de Descartes, et l’aboutissement de l’histoire dans le temps présent.

En multipliant les exemples et les points de vue dans des études de cas toujours précises, ce livre démontre que le virage historique et herméneutique de la philosophie n’est pas plus nécessaire et incontournable que les schémas historiques qu’il a produits.

Sans vouloir se contenter d’une description socio-historique des pratiques philosophiques modernes, cet ouvrage propose en même temps de relever un défi majeur de notre temps : si philosophie et histoire de la philosophie sont une seule et même chose aujourd’hui, du moins dans la tradition dite continentale, alors comment faire de l’histoire, et donc de la philosophie ? Autrement dit, ce livre entreprend une étude de la pratique philosophique historique tout en proposant une logique de l’histoire alternative qui s’inscrit en faux contre l’image du passé promue par la philosophie contemporaine, notamment dans ses diverses tentatives de « rupture » (plus ou moins superficielles sur le plan pratique).

Ce faisant, il ne vise pas du tout à entériner la réduction de la philosophie à une pratique historique et herméneutique. Bien au contraire, il s’agit de mettre en lumière la contingence d’une telle détermination afin de déplacer les marges de manœuvre imposées aux penseurs d’aujourd’hui et faire de la place à d’autres pratiques théoriques.

Le résultat, c’est une investigation méthodologique dont les enjeux et les conséquences dépassent de loin les limites de la philosophie. À lire absolument !

Permalien Laisser un commentaire

Nathalie Bulle s’exprime dans « Le Figaro » sur le palmarès des lycées 2010

16 avril 2010 at 16:50 (Bientôt en librairie, Dans l'actu !, Nathalie Bulle-L'école et son double, Presse écrite, Société et pensées, Sociologie) (, , , , , , , , , , , , , , , , )

Dans Le Figaro daté de ce jour, Nathalie Bulle, l’auteur de L’École et son double dont la 2ème édition revue et augmentée paraîtra le 21 mai prochain, répond aux questions de Natacha Polony

Alors que le ministère de l’Éducation nationale vient de publier  des « indicateurs de résultats » des lycées publics et privés sous contrat français et que la presse publie, quant à elle, depuis quelques jours, les classements et palmarès des lycées (voir ceux édités par l’Express) – qui ont, d’ailleurs, de quoi surprendre (deux établissements guyanais et deux de Seine-Saint-Denis dans les dix premiers, les grands lycées parisiens relégués en fin de classement…) –, Natacha Polony a demandé à  Nathalie Bulle – qui est, rappelons-le sociologue de l’éducation – d’expliquer aux lecteurs du Figaro pourquoi les parents sont si attentifs au choix d’un lycée pour leur enfant et si les critères qui président à leur choix sont les bons.

Permalien Laisser un commentaire

Bientôt en librairie : « Les Écrits sur la littérature » de Joris-Karl Huysmans

12 avril 2010 at 10:42 (Bientôt en librairie, Huysmans-Écrits sur la littérature, Littérature, Savoir Lettres) (, , , , , , , )

Le 16 avril prochain, sortiront  en librairie les Écrits sur la littérature de Joris-Karl Huysmans.

Publiés dans la collection Savoir Lettres des Éditions Hermann, ils sont rassemblés dans ce volume pour la première fois par un des principaux représentants aujourd’hui de Huysmans en France, Patrice Locmant.

Patrice Locmant a, en effet, ces dernières années, réédité plusieurs de ses oeuvres. Et, il est également l’auteur d’une récente biographie de l’écrivain, J.-K. Huysmans, le forçat de la vie, qui a reçu en 2007 le Prix Goncourt de la Biographie.

Pour en savoir plus, je vous propose de télécharger le document qui a été adressé à la presse en cliquant ici.

Permalien Laisser un commentaire

Bientôt en librairie : un nouveau livre de Roger-Pol Droit sur le bouddhisme

2 avril 2010 at 14:30 (Bientôt en librairie, Philosophie, Roger-Pol Droit-Le silence du Bouddha et autres questions indiennes) (, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , )

Le 16 avril prochain, sortira en librairie un nouveau livre du philosophe Roger-Pol Droit sur le bouddhisme.

Intitulé Le silence du Bouddha et autres questions indiennes, il propose au lecteur un parcours philosophique dans la pensée bouddhique en 5 étapes :

1. Il aborde, tout d’abord, la question de l’extinction de la parole du Bouddha qui donne son titre à l’ouvrage car, comme il y est écrit, Le discours de Bouddha tend vers sa propre extiction et chemine vers le silence.

2. Puis, celle du savoir silencieux en essayant de résoudre l’énigme  suivante : « Comment Bouddha peut-il se taire tout en parlant ? »

3. Ensuite, celle de la perception de la réalité dans la pensée bouddhique qui est résolument différente de celle à laquelle nous sommes habitués en tant qu’Occidentaux

4. Le voyage se poursuit autour de la question de la création et de la destruction du monde dans le bouddhisme et plus largement dans la pensée indienne

5. Enfin, il s’achève sur l’analyse du contresens qui conduit à confondre bouddhisme et nihilisme.

Pour avoir plus d’informations, télécharger le dossier de presse de l’ouvrage en cliquant ici.

Pour aller plus loin  :

La Voie du Tao, un autre chemin de l’être au Grand Palais, du 31 mars au 15 juillet 2010, la première exposition consacrée en Europe à l’exploration du taoïsme.

Autres maîtres de l’Inde au Musée du Quai Branly, du 30 mars au 18 juillet 2010

Miniatures et peintures indiennes à la BNF, du 10 mars au 6 juin 2010

Le ballet Siddharta à l’Opéra Bastille, jusqu’au 17 avril 2010, qui revisite l’histoire de  Bouddha (chorégraphie : Angelin Preljocaj – Dramaturgie : Éric Reinhardt – Musique : Bruno Mantovani – Distribution : Aurélie Dupont et Nicolas Le Riche)

Permalien Laisser un commentaire