Catherine Clément s’entretient avec Jean Esmein sur France Culture

22 juin 2010 at 12:58 (Francine Hérail-Histoire du Japon, Histoire, Radio) (, , , , , , , , , , , , , , , , )

Le 16 juin dernier, la philosophe et écrivaine Catherine Clément s’est entretenu avec Jean Esmein dans le cadre de l’émission qu’elle présente tous les mercredis soir, sur France Culture, de 21h à 22h, Cultures de soi, cultures des autres.

L’objet de leur entretien, bien évidemment, l’histoire du Japon du temps présent puisque Jean Esmein en est spécialiste et qu’il a rédigé pour les Éditions Hermann la partie moderne de la « monumentale Histoire du Japon des origines à nos jours », de « ce monument qui va devenir historique »,  selon les propres mots de Catherine Clément, et qui a paru tout récemment sous la direction de Francine Hérail, avec les contributions de François Macé pour le Japon d’avant l’écriture, de France Hérail, elle-même, pour le Japon ancien, de Pierre Souyri pour le Japon médiéval, de Guillaume Carré pour le Japon pré-moderne et de Jean Esmein, donc, pour le Japon contemporain.

Pour écouter l’émission, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur le livre, consultez son communiqué de presse en cliquant ici.

Permalien Laisser un commentaire

« Le Nil est froid et j’ai lu tous les livres »

2 septembre 2009 at 17:12 (Art, Guillaume de Sardes-Le Nil est froid, Histoire, Littérature, Roman) (, , , , , , , , , , , , , )

Portrait-Guillaume de SardesLe 28 août dernier, est sorti en librairie le troisième roman de Guillaume de Sardes, Le Nil est froid.

Salué dès sa sortie par la presse spécialisée, il a fait l’objet d’un compte rendu très élogieux de Jean-Claude Perrier, critique littéraire au Figaro littéraire et à Livres hebdo :

« Avec originalité, Guillaume de Sardes cultive sa différence : trois romans publiés, trois romans « historiques ». Ou plutôt, trois romans avec une toile de fond très forte, même si l’essentiel n’est pas là. Que ce soit Pic de la Mirandole, un cardinal de la Curie romaine pas très fréquentable, ou, ici, Alban, le dandy désabusé, homme à femmes qui trouvera sa rédemption dans la peinture, on sent bien que c’est avant tout la psychologie de ses personnages qui passionne de Sardes. Qu’il s’attache à mettre en lumière, à fouiller par petites touches, en de brefs chapitres. Les descriptions sont impressionnistes, et l’aventure progresse à grandes guides.

Couverture du "Nil est froid", un roman de Guillaume de SardesQu’on ne s’attende pas à de minutieuses évocations de la campagne d’Égypte, à des portraits inédits d’un Bonaparte que l’on croise d’ailleurs qu’à peine. Et puis, où qu’il soit, Alban s’ennuie, se languit.   « Le Nil est froid et j’ai lu tous les livres », en quelque sorte. Il a fui Paris pour échapper à la cruelle Maria, une cantatrice italienne avec qui il a vécu une liaison torride, mais qui l’a ensuite trompé, humilié, ridiculisé. Et voilà qu’il croit la retrouver au Caire, sous les traits d’une esclave, Madja, qu’il soumet à son désir et se reproche à jamais de l’avoir fait. Comment savoir si la jeune femme lui cède par devoir ou par amour ?

Alban finit par revenir en France et par sublimer ses souffrances d’une manière inattendue. Amateur de beaux-arts, possédant une disposition certaine pour le dessin, il se met à étudier la peinture dans l’atelier de David, lequel saura reconnaître son talent. Alban donne alors vie sur la toile à une créature hybride, mi-Maria mi Majda, s’en déprend et guérit de ce taedium vitae qui le minait. À l’époque, la psychanalyse n’existait pas… Jeune  encore, riche, cultivé, le voici prêt à tomber  amoureux de nouveau.

Le Nil est froid est un roman hors des modes, élégant, techniquement maîtrisé. »

Jean-Claude Perrier in Livres Hebdo, août 2009

Pour visualiser l’article de Jean-Claude Perrier, cliquer ici.

Pour lire un extrait et un résumé du Nil est froid, cliquer ici.

Pour lire un entretien avec son auteur, cliquer ici.

Permalien Laisser un commentaire