« François Cheng, un cheminement vers la vie ouverte » de Madeleine Bertaud, un « livre clé » selon Jean Mauduit

2 septembre 2009 at 14:41 (Littérature, Madeleine Bertaud-François Cheng, Radio, Savoir Lettres) (, , , , , , , , , , , , )

couvLe 23 août dernier, Jean Mauduit a présenté, pour Canal Académie, l’ouvrage que Madeleine Bertaud a consacré à François Cheng et qui a paru, peu avant l’été, dans la collection Savoir Lettres des Éditions Hermann :  François Cheng. Un cheminement vers la vie ouverte.

Pour écouter la chronique de Jean Mauduit, cliquer ici.

Pour le journaliste, ce premier essai sur l’oeuvre de l’académicien est un « livre clé » :

« L’ouvrage de Madeleine Bertaud est une très solide et très brillante exégèse, digne de l’universitaire confirmée qu’elle est. Après avoir évoqué la biographie de son modèle, elle traite successivement le thème de la spiritualité, qu’elle appelle d’une très belle formule empruntée à Jacques de Bourbon-Busset « la basse continue de l’œuvre » ; puis celui du romancier à travers l’analyse, en particulier, du Dit de Tian-yi ; enfin celui du poète. Chaque fois avec un sens aigu des résonances profondes que développe cette œuvre inspirée.

C’est plus qu’une introduction à l’oeuvre de Cheng. Ce livre entre si fortement en harmonie avec cette œuvre qu’il n’invite pas seulement à la découvrir, mais implique et même rend obligatoire sa fréquentation. Mieux : lire ou relire, par exemple, le « Dit de Tian-yi » éveille à l’inverse le besoin de se reporter à l’herméneutique de Madeleine Bertaud. Si bien qu’on progresse à travers la pensée chengienne en sa compagnie, main dans la main. C’est de la très, très bonne critique littéraire. »

Jean Mauduit pour Canal Académie, août 2009


Permalien Laisser un commentaire

« Un livre aussi mystérieusement parfait qu’une musique de Mozart »

20 août 2009 at 15:51 (Littérature, Madeleine Bertaud-François Cheng, Presse écrite) (, , , , , , , , )

Le Journal de Corse« Un livre aussi mystérieusement parfait qu’une musique de Mozart« , telle  est la formule particulièrement élogieuse par laquelle s’achève l’article que Marie-Hélène Ferrandini consacre, dans Le Journal de la Corse, au livre de Madeleine Bertaud sur François Cheng : François Cheng. Un cheminement vers la vie ouverte.

« De toutes les passions humaines l’admiration étayée sur l’intelligence humaine est le levain le plus fécond. Une parfaite illustration nous est donné par l’essai que le professeur Madeleine Bertaud consacre à François Cheng. Il s’agit ici d’un de ces miracles éditoriaux qui sont un anachronisme pour le monde actuel, standardisé, gangréné par le culte du Veau d’Or, obsédé à glaner des pensées à la mode. On est ici dans l’Intemporel de la Beauté. (…) Madeleine Bertaud réussit à faire passer  dans l’univers compassé de la critique littéraire un message de ferveur. La lecture doit être une lecture d’accueil, un cheminement  complice avec un écrivain. Elle réussit cette fusion qui fait de la lecture un acte de re-création, une intuition nourrie d’une impeccable culture. Et quand les deux voix se  rejoignent dans la même pureté, cela donne ce livre aussi mystérieusement parfait qu’une musique de Mozart.« 

Pour en savoir plus sur Madeleine Bertaud, lire ses réponses au questionnaire de l’équipe du Choix des Libraires.

Permalien Laisser un commentaire

Rencontre avec Madeleine Bertaud rue de la Sorbonne le 17 juin et à Nancy le 19 juin

10 juin 2009 at 15:35 (Madeleine Bertaud-François Cheng, Présentation-Signature, Presse écrite) (, , , , , , , , , , , , , )

Invitation signature MBLe 17 juin prochain, à partir de 18h, les Éditions Hermann vous proposent de venir rencontrer Madeleine Bertaud, auteur du premier ouvrage consacré à l’oeuvre de l’académicien, François Cheng. La rencontre aura lieu dans les locaux des Éditions, au 6 rue de la Sorbonne dans le 5ème arrondissement.

Nous vous espérons nombreux.

Par ailleurs, le vendredi 19 juin, Madeleine Bertaud, lors d’une séance publique de l’Académie Stanislas, présentera une communication intitulé Le voyage selon François Cheng. À l’issue de la séance, elle signera son livre à la Librairie Didier sise au 6 de la rue Gambetta à Nancy.

Pour en savoir plus sur François Cheng, vous pouvez lire l’entretien qu’il a accordé ce mois-ci au Magazine littéraire dans lequel  la lecture du livre de Madeleine Bertaud : François Cheng. Un cheminement vers la vie ouverte est vivement conseillé.

Permalien 2 commentaires

Découvrez ou redecouvrez François Cheng, le plus chinois des écrivains français…

22 mai 2009 at 12:16 (Aujourd'hui en librairie, Littérature, Madeleine Bertaud-François Cheng, Savoir Lettres) (, , , , , , , , , , , , , , , , , , , )

Né le 30 août 1929 en Chine, naturalisé français en 1971, celui qui s’appelle aujourd’hui François Cheng a choisi notre langue pour réaliser son œuvre d’écrivain. Poète, romancier, essayiste, et encore traducteur (dans les deux sens) et calligraphe, il a obtenu de nombreux prix littéraires, dont le Femina en 1998 et, en 2001, le Grand Prix de la Francophonie décerné par l’Académie française, où il siège depuis 2002.

 

couvCe jour, Madeleine Bertaud, présidente de l’Association pour la diffusion de la recherche en littérature (ADIREL) et spécialiste de son oeuvre, publie, dans la collection Savoir Lettres des Éditions Hermann, la première introduction générale à la lecture de ses écrits : François Cheng. Un cheminement vers la vie ouverte.

L’occasion de découvrir ou de redécouvrir, à quelques mois de son anniversaire et de la parution d’un nouveau recueil de poésies, la richesse et la beauté de son univers artistique…

Pour en savoir plus sur le livre de Madeleine Bertaud, vous pouvez consulter son dossier de presse.

Pour en savoir plus sur François Cheng, vous pouvez lire, voir ou écouter :

l’entretien qu’il a accordé à Dominique Bari pour L’Humanité en 1998

 l’entretien réalisé par Catherine Argand pour Lire en 2002

l’entretien qu’il a enregistré avec Bernard Pivot pour France 2, TV5 et RFO en 2004

l’entretien qu’il a enregistré avec Florence Noiville  à la Bibliothèque publique d’Information en 2008 dans le cadre du cycle Écrire, écrire, pourquoi ?

 

Permalien 3 commentaires