Michel Forsé et Maxime Parodi primés par l’Académie des Sciences morales et politiques pour leur livre, « Une théorie empirique de la justice sociale »

18 novembre 2010 at 10:19 (Forsé-Parodi-Théorie empirique de la justice sociale, Prix, Société et pensées, Sociologie) (, , , , , , , , , )

Le lundi 15 novembre, à l’occasion de la Séance publique annuelle de l’Académie des Sciences morales et politiques, Michel Forsé et Maxime Parodi ont reçu le Prix Joseph Saillet pour l’ouvrage qu’ils ont publié, dans la collection sociologique des Éditions HermannSociété et Pensées, que dirige Gérald Bronner depuis 2006.

L’occasion de représenter ici leur très belle étude sur la justice sociale intitulée  Une théorie empirique de la justice sociale, et de reprendre, pour ce faire, le texte de présentation qui a paru dans le livret édité par l’Académie et distribué à l’issue de la remise des prix :

« La démarche des deux auteurs présente l’originalité de confronter la littérature philosophique sur la justice sociale aux résultats des enquêtes sociologiques. Selon ce qu’on peut considérer comme le dénominateur commun de la littérature philosophique sur le sujet, l’individu obéirait, par delà les différences culturelles, à trois critères universels fortement hiérarchisés : une société juste doit en premier lieu satisfaire aux besoins élémentaires du citoyen ; en deuxième lieu répondre au critère de l’équité, à savoir récompenser le citoyen en fonction de ses mérites ; en troisième lieu, mais en troisième lieu seulement, satisfaire au critère de l’égalité, à savoir chercher à ce que les ressources des citoyens ne soient pas inégales. La seconde partie du livre met ces idées à l’épreuve des données tirées de plusieurs enquêtes, notamment le World Values Survey et le European Values Survey. L’analyse des données montre que la forte hiérarchisation des trois critères apparaît avec certaines nuances dans tous les pays observés. D’où l’on conclut que le poncif selon lequel la justice sociale se confondrait, dans l’esprit du public, avec l’égalitarisme et qu’il serait un des traits dominants des sociétés modernes – en particulier de la société française – ne correspond pas à une réalité. Une autre idée émerge de l’étude, à savoir que les individus interrogés dans les enquêtes construisent leurs réponses, non à partir de leur position sociale personnelle, mais en cherchant à se mettre à la place d’un individu quelconque et à imaginer des raisons que les autres approuveraient, pour justifier par exemple les différences de rémunérations entre activités professionnelles. »

À lire également le compte rendu de Guillaume Arnould qui a paru dans Liens socio en août dernier.

Permalien Laisser un commentaire

Prix Caillois de l’essai pour « Une certaine joie. Essai sur Proust » de Jacqueline Risset

6 octobre 2010 at 08:14 (Jacqueline Risset-Une certaine joie. Essai sur Proust, Littérature, Prix, Savoir Lettres) (, , , , , , , , , , )

Le lundi 4 octobre, à la Maison de l’Amérique latine, Jacqueline Risset a reçu le Prix Caillois de l’Essai 2010 pour son livre sur Proust: Une certaine joie. Elle succède ainsi à Maurice Olender, Serge Gruzinski et Paul Veyne.

Pour en savoir plus sur l’ouvrage, je vous propose de vous reporter à sa page de présentation sur le site des Éditions Hermann.

Permalien Laisser un commentaire

Prix de l’Évolution psychiatrique décerné à Jean-Louis Feys pour son livre « L’anthropologie de Jacques Schotte. Une introduction »

4 décembre 2009 at 18:12 (Jean-Louis Feys-L'Anthropologie de Jacques Schotte, Prix) (, , , , , , , )

Ce samedi 5 décembre, à la librairie Lipsy, sise au 15 de la rue Monge dans le Ve arrondissement à Paris, sera remis le Prix de l’Évolution psychiatrique à Jean-Louis Feys pour son livre paru dans la collection Psychanalyse des Éditions Hermann que codirige Élisabeth Naneix : L’anthropologie de Jacques Schotte. Une introduction.

Le document de communication du Prix daté du 11 novembre précisait :

« Le jury a voté à l’unanimité  pour le livre de Jean-Louis Feys. Il est rare de pouvoir dire d’un livre qu’il manquait. Or c’est un fait, Jean-Louis Feys répare une injustice liée à la personnalité du regretté Jacques Schotte, liée à la modestie et à la discrétion de celui qui s’est centré sur l’enregistrement  oral, et qui a peu écrit. Jean-Louis Feys, son élève, s’est mis à son service pour offrir une extraordinaire synthèse de la pensée de Schotte, permettant désormais à tout un chacun de  le lire grâce à l’écriture fidèle de celui qui l’a tant, et si bien écouté… »

Permalien Laisser un commentaire

Prix Bourgogne Littérature 2009 pour « Le Nil est froid » de Guillaume de Sardes

27 novembre 2009 at 15:39 (Guillaume de Sardes-Le Nil est froid, Littérature, Prix, Roman) (, , , , , )

Guillaume de Sardes a reçu cet après-midi le Prix Bourgogne Littérature  2009 pour son roman Le Nil est froid publié en septembre 2009 aux édition Hermann.

Pour en savoir plus sur le livre, vous pouvez consulter la page qui lui est consacré sur le blog  en cliquant ici.

Guillaume de Sardes sera, par ailleurs, au Salon européen du Livre de Dijon tout le week-end pour dédicacer son livre et rencontrer ses lecteurs. Nous vous y espérons nombreux.

 

Permalien Laisser un commentaire