Ruwen Ogien, l’auteur des « Concepts de l’éthique », était hier soir sur le plateau de « Ce soir ou jamais »

12 juin 2009 at 13:48 (Bioéthique, L'Avocat du diable, Morale, Philosophie, Ruwen Ogien-Les Concepts de l'éthique, Télévision) (, , , , , , , )

Ruwen Ogien sur le plateau de Ce soir ou jamaisAu moment où se tiennent les États généraux de la bioéthique, Frédéric TaddéÏ proposait hier soir, dans Ce soir ou jamais,  un débat sur les questions soulevées à leur occasion : notamment la question des mères porteuses

Parmi les invités, Ruwen Ogien, philosophe et auteur dans la collection L’avocat du diable des Concepts de l’éthique, a prôné en la matière la plus grande tolérance. Selon lui, « l’État n’a pas à imposer sa conception du bien ».

Permalien Laisser un commentaire

« Les concepts de l’éthique » de Ruwen Ogien et Christine Tappolet lu ce mois-ci dans SCIENCES HUMAINES

18 mai 2009 at 19:38 (Éthique, L'Avocat du diable, Morale, Presse écrite, Ruwen Ogien-Les Concepts de l'éthique) (, , , , , , , , , , , , , )

Sciences humaines-juin 09Dans le numéro du mois de juin du magazine Sciences humaines, actuellement en kiosque, Thomas Lepeltier propose une lecture des  Concepts de l’éthique de Ruwen Ogien et Christine Tappolet.

Pour agrandir l’article, cliquer ici.

Ruwen Ogien est directeur de recherches au CNRS. Il s’occupe principalement de philosophie morale et de philosophie des sciences sociales. Il a publié de nombreux ouvrages depuis sa thèse qu’il a préparée sous la direction de Jacques Bouveresse, La Faiblesse de la volonté (PUF, 1993). Les titres qui ont suivi indiquent clairement le goût pour une morale de la liberté qui impose d’y regarder à deux fois avant d’interdire ou d’imposer. On peut citer parmi eux :  Le Réalisme moral (PUF, 1999), La Honte est-elle morale ? (Bayard, 2002), ou  Penser la pornographie (PUF, 2003).

Christine Tappolet est, quant à elle, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en éthique et méta-éthique et professeur titulaire au Département de philosophie de l’Université de Montréal.

Ils ont écrit ensemble Les Concepts de l’éthique qui ont inauguré, en janvier dernier, la collection L’Avocat du Diable.  Il s’agit d’un ouvrage de synthèse qui élargit l’arrière-plan des thèses défendues, jusque-là, par Ruwen Ogien mais sans les contester, au contraire, puisque les conclusions du livre vont dans leur sens, à savoir, en somme, une morale fondée sur la liberté de faire ce qu’on veut du moment qu’on ne nuit pas à autrui.

À lire  également :  l’article de Florian Cova sur le site de Non Fiction 

 

Permalien Laisser un commentaire

Ruwen Ogien sur France Culture le 15 mai 2009

18 mai 2009 at 16:16 (Éthique, L'Avocat du diable, Morale, Ruwen Ogien-Les Concepts de l'éthique) (, , , , , , , , , , , , , )

Vendredi dernier, Ruwen Ogien était l’invité de François Noudelmann dans son émission Les vendredis de la philosophie. Le sujet était « Faut-il moraliser l’art ? »200px-Ruwen-Ogien

La question est aujourd’hui plus que jamais d’actualité avec l’interdiction de l’exposition Our body

Autour de la table, pour débattre,  aux côtés de Ruwen Ogien, Paul Ardenne, auteur de l’Extrême. Esthétiques de la limite dépassée, et Carole Talon-Hugon, celui de Goût et dégoût. L’art peut-il tout montrer ?.

Ruwen Ogien, auteur, quant à lui, des Concepts de l’éthique, parus en janvier dernier dans la collection L’Avocat du Diable que dirige  Charles Girard,  a répondu à la question en ces termes :couv concepts

« Pour répondre à cette question, il convient, à mon sens, de distinguer la question esthétique de la question politique

La question esthétique, c’est celle qui consiste à se demander s’il est possible que des objets qui provoquent le dégoût physique (par exemple, des cadavres) soient néanmoins susceptibles de provoquer des sentiments esthétiques, une reconnaissance artistique de la part de ceux qui les regardent. Cette question est une question ancienne  qui remonte à Aristote et à laquelle nous n’avons pas vraiment de réponse aujourd’hui.

La question politique est, quant à elle, celle qui consiste  à se demander si certaines oeuvres ne portent pas atteintes à des valeurs. Il ne s’agit pas, en ce cas, de provoquer un sentiment de  dégoût physique mais de porter atteinte à des valeurs essentielles, comme la dignité humaine. Les exemples qu’on peut donner, ce sont les oeuvres qui portent atteintes, par exemple,  à l’image des handicapés.

Dans le premier cas, celui du dégoût, il n’y a, selon moi, aucun problème moral.

Dans le second cas, il peut y avoir problème moral. La question est de savoir si on a cherché à choquer sans intention de nuire  ou  avec intention de nuire ? S’il y a intention de nuire, on parle de préjudice. Et, s’il n’y a pas intention de nuire, on parle d’offense.

Or, il me semble que, dans le domaine de l’art en général, si l’on choque, c’est toujours sans intention de nuire. C’est pourquoi, je pense que , dans l’art, rien ne justifie une intervention répressive de l’État. Je suis donc pour le plus grand libéralisme en ce domaine. »

Permalien Laisser un commentaire