Interroger les points de rencontre et les points de discorde entre Winnicott et Lacan

27 mai 2010 at 11:57 (Psychanalyse, Winnicott avec Lacan) (, , , , , , , , , , , , , , )

Les Éditions Hermann, dont la production est très riche ces dernières semaines en parutions psychanalytiques (voir les billets précécents), vient de publier un nouvel ouvrage dans sa collection Psychanalyse : Winnicott avec Lacan.

Il s’agit d’un volume, dirigé par Catherine et Alain Vanier, dans lequel une trentaine de psychanalystes interroge les points de rencontre et de les points de discorde entre les deux analystes de génie que sont Winnicott et Lacan.

Organisé en 4 chapitres, l’ouvrage aborde ainsi les thématiques suivantes : Le bébé dans la psychanalyse (chapitre I), La psychanalyse d’enfants (chapitre II), La pratique et l’éthique des deux psychanalystes (chapitre III), Le débat épistémologique qui les oppose (chapitre IV).

Pour en savoir plus sur l’ouvrage, et en particulier avoir accès aux biographie de ses contributeurs et à sa table des matières détaillées, je vous propose de consulter son communiqué de presse en cliquant ici.

Publicités

Permalien Laisser un commentaire

Un nouvelle collection d’essais littéraires : «Fictions pensantes»

12 mai 2010 at 16:57 (Bientôt en librairie, Fictions pensantes, Franck Salaün-Le Genou de Jacques, Jean-Louis Cornille-Fin de Baudelaire, Littérature, Nouvelle collection) (, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , )

Je suis très heureuse de vous annoncer la création d’une nouvelle collection d’essais littéraires aux éditions Hermann.

Intitulée Fictions pensantes et dirigée par Franck Salaün, elle se veut  une invitation  à considérer la littérature comme un espace de pensée, et les œuvres comme des systèmes signifiants dont le fin mot n’appartiendrait ni à l’auteur ni au lecteur.

Derrière la variété des objets et des méthodes, des monographies aux études thématiques en passant par les recherches théoriques, les essais publiés dans la collection Fictions pensantes auront donc  en commun d’interroger la façon dont les textes littéraires pensent.

Elle est inaugurée par trois titres :

Le Genou de Jacques de Franck Salaün, un essai à la manière « fiction pensante » sur Jacques le fataliste de Diderot ;

Fin de Baudelaire de Jean-Louis Cornille, une analyse « fictio-pensante » des Petits poèmes en prose de Baudelaire.

Déclinaisons. Le naturalisme  poétique de Lucrèce à Lacan de Jonathan Pollock, une réflexion « fictionnelle » sur le naturalisme poétique et sur l’influence du poème didactique de Lucrèce, De natura rerum, sur la littérature occidentale moderne : de Montaigne à Lacan, en passant par Shakespeare et Mallarmé.

Et, sera, le 27 août prochain, « continuée » par un essai du directeur de la collection en forme de réflexion sur la notion même de Fictions pensantes :

Besoin de fiction. Sur l’expérience littéraire de la pensée et le concept de «fiction pensante» de Franck Salaün.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Permalien 3 commentaires

Comment « surmonter cette pente mélancolique » en nous ?

11 mai 2010 at 16:50 (Bientôt en librairie, Claude Rabant-Métamorphoses de la mélancolie, Psychanalyse) (, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , )

Claude Rabant, philosophe et psychanalyste, publiera, le 21 mai prochain, dans la collection Psychanalyse des Éditions Hermann que codirige Élisabeth Naneix, un passionnant essai, préfacé avec enthousiasme par Jean Oury, sur la mélancolie intitulé Métamorphoses de la mélancolie.

Pour présenter celui-ci, Claude Rabant nous a offert un très beau texte que j’ai très intégré au communiqué de presse et que je ne résiste pas au plaisir de reproduire ici :

« Dans un monde où trop de crises, de catastrophes et de discours alarmistes nous font désespérer de l’homme, quelle peut être la boussole de la psychanalyseComment peut-elle nous aider à surmonter cette pente mélancolique qui règne en nous ? Une éthique de la pulsion — à distinguer d’une simple morale — telle est cette boussole, mettant le sujet en relation avec les forces vitales de son inconscient. Un abri, une « relation bien tempérée » entre les sexes, selon l’expression de Lacan, une « relation plus honnête au désir » : l’inconscient est notre ami. Avec lui, il devient possible de lutter contre la pulsion de mort et les contraintes du SurmoiComme Spinoza, comme Nietzsche, Freud parie sur un élargissement de l’être du sujet, sur une métamorphose du sexuel dans la sublimation. À l’opposé de la mélancolie, le principe civilisateur suppose à la fois une acceptation de la perte et une volonté de reconstruire. Il y a un « carpe diem«  freudien, un « jouir serein du présent », qui se déduit du principe de métamorphoses. »

par Claude Rabant, le 10 mai 2010

Permalien Un commentaire

Portrait de Laurence Joseph, codirectrice de la collection Hermann Psychanalyse

14 janvier 2010 at 18:27 (Psychanalyse) (, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , )

Laurence Joseph, la codirectrice de la collection Hermann Psychanalyse et la codirectrice de publication du Résumé des Oeuvres complètes de Freud dont le dernier volume a paru au printemps dernier, a accepté de rencontrer Sébastien Vaumoron, rédacteur à Non Fiction, pour un entretien.

L’occasion de découvrir cette toute jeune directrice de collection d’à peine 30 ans, psychologue et psychanalyste à Paris…

Extrait :

« S.V. : Pourriez-vous nous dire en quelques mots comment s’organise le travail d’une directrice de collection de psychanalyse ?

L. J. : Diriger une collection de psychanalyse chez un éditeur est une grande chance, d’autant plus aux éditions Hermann dont la réputation précède largement l’existence de la collection qui date de 2005 ! Commencer cette collection avec le projet de Céline Masson auquel je me suis associée, de résumer les œuvres complètes de Freud donne je l’espère le socle de la ligne éditoriale fondée autour du goût du texte freudien et d’une exigence vis-à-vis de la psychanalyse. Les textes publiés par Hermann Psychanalyse cherchent à la fois à toujours aller au plus près de la découverte clinique, je pense à Ella Sharpe lue par Lacan de Marie-Lise Lauth, à Ferenczi après Lacan sous la direction de Jean-Jacques Gorog mais aussi à rester conscient des enjeux politiques réels de la psychanalyse avec par exemple l’œuvre de Jean Oury ou les Conversations psychanalytiques d’Ignacio Garaté Martinez qui retracent l’engagement de psychanalystes comme Joël Dor, Maud et Octave Mannoni pour ne citer qu’eux. Des ouvrages sont en préparation bien sûr, l’un sur Winnicott, l’autre sur les dessins d’enfants.
Je cherche cette ligne étroite entre clinique, politique et théorie. Bien sûr c’est un pari mais un pari passionnant. »

Extrait de l’entretien de Sébastien Vaumeron avec Laurence Joseph pour Non Fiction

Permalien Laisser un commentaire