Ruwen Ogien, l’auteur des « Concepts de l’éthique », était hier soir sur le plateau de « Ce soir ou jamais »

12 juin 2009 at 13:48 (Bioéthique, L'Avocat du diable, Morale, Philosophie, Ruwen Ogien-Les Concepts de l'éthique, Télévision) (, , , , , , , )

Ruwen Ogien sur le plateau de Ce soir ou jamaisAu moment où se tiennent les États généraux de la bioéthique, Frédéric TaddéÏ proposait hier soir, dans Ce soir ou jamais,  un débat sur les questions soulevées à leur occasion : notamment la question des mères porteuses

Parmi les invités, Ruwen Ogien, philosophe et auteur dans la collection L’avocat du diable des Concepts de l’éthique, a prôné en la matière la plus grande tolérance. Selon lui, « l’État n’a pas à imposer sa conception du bien ».

Publicités

Permalien Laisser un commentaire

Bernard Edelman donne son avis dans ELLE sur les parents qui souhaitent choisir le sexe de leur enfant

25 mai 2009 at 13:22 (Bernard Edelman-Ni chose ni personne, Bioéthique, Philosophie, Presse écrite) (, , , , , , , , , , , , , , , , )

Elle-23 mai 09-p.1-basse défDans le Elle de cette semaine, Léna Mauger enquête sur les couples qui, en France, sont prêts à tout pour choisir le sexe de leur enfant, même à se mettre dans l’illégalité et à faire trier leurs embryons à l’étranger. 

«Insidieusement, écrit-elle, une microévolution a lieu hors de nos frontières. Au nom du « family balancing » (équilibre au sein de la famille) ou simplement du droit des parents à accomplir leur projet, des pays tolèrent les méthodes de sélection du genre  – certains États des États-Unis, Chypre Nord. D’autres les pratiquent en catimini : Grèce, Espagne, Belgique, Angleterre.» 

Mais qu’en est-il en France ? La France, est-elle prête à faire, s’interroge Léna Mauger,  tomber ses derniers remparts bioéthiques ? Le bébé du XXI ème siècle sera-t-il programmé, sous contrôle ?

Pour lui répondre, Bernard Edelman, philosophe et juriste spécialiste du droit de la personne et des biotechnologies, et auteur de Ni chose ni personne :

« Tout ce que les hommes ont fantasmé fini par se réaliser un jour. La sélection du genre s’inscrit dans un glissement général sur la conception : les mères-porteuses, les bébés-éprouvette, etc. Depuis les années 90, je vois toutes les barrières s’effondrer. On établit des moratoires, on accoutume l’opinion, et quand elle est habituée, on modifie la loi… Inquiet, le Conseil d’État vient lui-même de recommander de cesser de modifier les lois de bioéthique tous les cinq années. »

Permalien Un commentaire